Le Canada et les arts

Ce sont les artistes créateurs, plutôt que deux lignes parralèles d’acier, qui unissent ce pays. -Pierre Burton

Les arts reflètent l’évolution de notre culture et notre identité particulière dans le concert des nations.

Mettre en valeur le Canada à l’étranger – Les arts nous caractérisent et représentent le Canada de par le monde. La culture est notre carte de visite à l’étranger. Les artistes d’ici, dont plusieurs ont bénéficié directement du soutien du Conseil des arts du Canada, sont parmi nos meilleurs ambassadeurs dans les pays qu’ils visitent. Ils contribuent à bâtir notre réputation internationale d’une société dynamique, prospère, inclusive et équitable.

Sur la scène mondiale, le Canada excelle dans le secteur des arts, et le Conseil des Arts y contribue largement. Au cours du dernier exercice, le Conseil des Arts a aidé financièrement 6 634 artistes et organisations artistiques dans 658 collectivités canadiennes.

Le Conseil des Arts du Canada est la base de notre infrastructure culturelle. C’est le principal instrument de soutien public du développement et de l’innovation dans les arts. Le Conseil offre la façon la plus efficace, équitable et économique pour s’assurer que les fonds publics soient redistribués aux artistes et aux organismes artistiques partout au pays, dans les grandes villes comme dans les communautés moins populeuses.

Fondé en 1957, le Conseil des Arts du Canada a fait honneur à notre nation pendant plus de cinquante ans en soulignant, en encourageant et en faisant valoir la riche mine de talents de notre pays. Imaginez ce qu’il pourrait faire avec plus de ressources.

Parmi les récipiendaires de subventions du Conseil des Arts du Canada, on compte le Torontois Chris Landreth, dont le film d’animation Ryan s’est mérité un Oscar en 2005; le cinéaste Inuit Zacharias Kunuk, dont le premier film, Atanarjuat, tourné en inuktitut, s’est mérité la Caméra d’or lors du Festival de Cannes en 2001; la soprano de réputation internationale Measha Brueggergosman, originaire de Fredericton, dont « la chaleur et la joie […] la maîtrise artistique et l’enthousiasme juvénile » ont été louangés par le Washington Post; Ben Heppner, de Vancouver, récipiendaire d’un Grammy Award; la danseuse et chorégraphe montréalaise Marie Chouinard, dont le travail audacieux a été décrit par le New York Times comme « sensuel et intellectuel »; Yann Martel, dont le roman Histoire de Pi a remporté le Man Booker Prize britannique pour une œuvre de fiction; le cinéaste, metteur en scène de théâtre et d’opéra Robert Lepage, premier Nord-Américain invité par le Royal National Theater de Londres à mettre en scène une pièce de Shakespeare, s’est mérité le London Evening Standard Award en 2001; Janet Cardiff et George Bures Miller, de Lethbridge, ont remporté un prix spécial du jury de la Biennale de Venise en 2001; Jane Urquhart, de Little Long Lac, dont les romans ont été traduits en onze langues et sont publiés dans plusieurs pays dont la France, l’Allemagne, l’Angleterre et les États-Unis.

Je n’aurais jamais pu commencer ma carrière sans le soutien du gouvernement. Je crois qu’il est malheureux que nous nous sentions gênés du fait que les artistes ont besoin de soutien mais cela à toujours été le cas dans l’histoire. Je n’aurais jamais pu anticiper cette carrière sans les encouragements que j’ai reçus. -Atom Egoyan, cinéaste.