Le parlement sous un ciel nuageux. Mention de source : Glenn Euloth

Le budget fédéral 2018 – qu’en est-il des arts?

La Coalition canadienne des arts s’étonne de l’omission du secteur artistique dans le budget 2018. Ce budget met l’accent sur les femmes, les autochtones et sur des membres marginalisés de la société canadienne, ce qui est tout à fait louable. Cependant, si l’objectif était de mettre l’accent sur les travailleurs en situation précaire ainsi que sur l’équité salariale, le gouvernement fédéral a manqué une occasion de reconnaître le rôle que les 650 000 artistes et travailleurs culturels jouent dans notre économie. En effet, le salaire moyen des artistes est de 32% inférieur à celui des autres travailleurs canadiens et cet écart découle notamment d’une sur-représentation des femmes dans le secteur. À ce titre, la Coalition se trouve rassérénée par les investissements visant à contrer la violence fondée sur le genre ainsi que le harcèlement. Toutefois, il nous paraît souhaitable que ces thèmes soient aussi abordés du point de vue des arts et de la culture.

La Coalition canadienne des arts accueille positivement les annonces relatives aux langues officielles, à la réconciliation et au renforcement du multiculturalisme – ce sont là des valeurs qui nous sont chères. En outre, le budget 2018 aborde la question de la propriété intellectuelle pour les peuples autochtones, mais faillit à reconnaître le droit de suite en arts visuels, ce qui pourrait pourtant grandement améliorer les conditions de rémunération des artistes autochtones.

« Même si le budget 2018 est marqué par l’absence des demandes formulées par la Coalition canadienne des arts, nous demeurons résolus à poursuivre la collaboration avec le gouvernement fédéral autour d’enjeux tels que le harcèlement, l’accès aux marchés étrangers et l’accès aux arts de la scène dans les collectivités canadiennes, » souligne Frédéric Julien, coprésident de la Coalition canadienne des arts.

La Coalition reconnaît les efforts soutenus du gouvernement fédéral dans le domaine du commerce et de la diplomatie culturelle avec, notamment, la stratégie d’exportation créative et la mission commerciale culturelle organisée prochainement en Chine. Le budget 2018 souligne ainsi les améliorations aux programmes d’exportation du Canada et réitère la volonté du Canada d’accélérer les exportations vers l’Asie. Dans le même ordre d’idées, la négociation de garanties pour la culture dans l’Accord pour un Partenariat transpacifique global et progressiste représente un gain important qui est, lui aussi, célébré dans le budget 2018. La Coalition a été enchantée de sa participation à l’inauguration du Comité mixte Canada-Chine sur la culture. Nous voyons d’un très bon oeil l’intégration du secteur des arts aux efforts commerciaux du Canada en Asie et ailleurs dans le monde.

Enfin, la Coalition canadienne des arts est ravie de voir le gouvernement donner suite à son engagement à combler le manque à gagner du Fonds des médias du Canada, en lien avec le cadre stratégique pour un Canada créatif. La culture dans le monde numérique est en effet un dossier majeur à faire avancer. La Coalition a très hâte de poursuivre le travail amorcé avec Patrimoine canadien et avec le ministère de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique, sur des dossiers aussi primordiaux que l’examen de la Loi sur le droit d’auteur, la modernisation de la Loi sur la radiodiffusion et de la Loi sur les télécommunications, ainsi que l’adoption du Droit de suite en arts visuels.  

 

Pour toute question ou demande d’entrevue, veuillez contacter :  

Frédéric Julien, coprésident de la Coalition canadienne des arts, directeur de la recherche et du développment à l’Association canadienne des organismes artistiques (CAPACOA)
frederic.julien@capacoa.ca
613-606-4754

(anglais)

Kate Cornell, coprésidente de la Coalition canadienne des arts, directrice générale de l’Assemblée canadienne de la danse
kate@dancecanada.net
416-515-8444 ou 416-805-4339

, , , ,

No comments yet.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.