Les messages de la Coalition canadienne des arts pour la #Journeedesarts en 2016

Les messages que les participants de la Journée des arts partageront avec les députés sont maintenant finalisés !

Les messages de la Coalition canadienne des arts pour les députés:

1. Merci pour l’investissement dans les arts et la culture inscrit au budget de 2016 – 1,87 milliard de dollars sur cinq ans

  • Que le budget du Conseil des arts du Canada ait été doublé répond à une demande de longue date de la Coalition canadienne des arts. Il sera ainsi possible de bonifier les activités du secteur des arts et d’améliorer l’accès en faveur des artistes et des organismes émergents qui recherchent l’équité.
  • La Coalition invite instamment le gouvernement à respecter les engagements progressifs pour les années à venir, en particulier en ce qui concerne les artistes autochtones, par la voie des crédits du Conseil des arts du Canada.
  • Nous nous réjouissons de l’engagement du gouvernement en place en faveur de l’équité ainsi que de l’élimination des préjugés institutionnels qui empêchent la participation des artistes à la recherche d’équité comme acteurs clés dans notre secteur culturel.

2. Les investissements à court terme prévus au budget 2016, nommément les programmes Fonds du Canada pour les espaces culturels et Présenter les industries culturelles du Canada au monde entier, doivent être renouvelés et maintenus au-delà de la période de deux ans

Présenter les industries culturelles du Canada au monde entier

Investissement prévu présentement : 10 millions de dollars en 2016-2017 ; 25 millions de dollars en 2017-2018.

Recommandation : 25 millions de dollars par année sur trois ans, à partir de l’année financière 2018-2019.

  • Le nouveau programme Présenter les industries culturelles du Canada au monde entier répond à une demande de longue date de la Coalition canadienne des arts.
  • Le secteur des arts, représenté par des auteurs comme Joseph Boyden et Jane Urquhart, et des groupes qui organisent ou font des tournées comme Red Sky et Tafelmusik, est ravi de pouvoir profiter de crédits d’accès au marché étranger et, plus particulièrement, de la collaboration avec les attachés culturels du ministère des Affaires mondiales et du Commerce international.
  • La Coalition estime nécessaire un soutien ferme en faveur de la présence d’une communauté culturelle pluraliste et d’un engagement à l’étranger pour refléter véritablement la démographie de la nation. Nous demandons donc que, dans la conception du programme Présenter les industries culturelles du Canada au monde entier, le ministère du Patrimoine canadien tienne compte des besoins particuliers des artistes marginalisés ou qui recherchent l’équité.
  • Cependant, il faut compter plus de deux ans pour établir des rapports durables avec des promoteurs, des diffuseurs et des directeurs étrangers afin d’obtenir la tenue d’expositions et l’organisation de tournées à l’étranger, et de pénétrer les marchés étrangers.

Fonds du Canada pour les espaces culturels

Investissement prévu présentement : Crédits antérieurs de 30 millions par année plus 84 millions par année pour les années financières 2016-2017 et 2017-2018.

Recommandation : Investir 490 millions de dollars de plus sur huit ans jusqu’à la fin de la Phase 2 du plan d’infrastructure décennal, soit jusqu’en 2025-2026.

  • Le renouvellement de l’investissement dans le Fonds du Canada pour les espaces culturels, dans le contexte de la Phase 1 du plan d’infrastructure du gouvernement du Canada, arrive à point nommé. En effet, le vieillissement de l’infrastructure de bon nombre d’organismes culturels, dont le Centre national des arts à Ottawa, et le fait que beaucoup d’infrastructures ne répondent pas aux besoins actuels en matière d’accessibilité, de durabilité et de programmation ont manifestement été reconnus.
  • Nous tenons à saluer la valeur de la disposition sur les circonstances exceptionnelles du Fonds du Canada pour les espaces culturels pour les projets en milieu rural ou en région éloignée, et notamment en faveur des collectivités mal desservies, des groupes linguistiques en situation minoritaire, et des collectivités autochtones et ethnoculturelles, quand la situation financière le justifie. Les espaces culturels doivent aussi être accessibles, en particulier par les artistes et les spectateurs qui ont des handicaps.
  • Étant donné les préparatifs nécessaires pour tout chantier d’infrastructure, et notamment pour les études de faisabilité dans le cas de grands chantiers de rénovation ou de construction, la période de deux ans limite considérablement l’admissibilité aux seuls chantiers prêts à démarrer en 2016.
  • Signalons qu’avec les augmentations budgétaires accordées au Conseil des arts du Canada à partir de 2016, le gouvernement fédéral a franchi un premier pas en investissant dans les artistes et les organismes artistiques. Il y a lieu d’investir de façon proportionnée dans les infrastructures artistiques pour s’assurer que ces artistes et organismes artistiques disposent d’installations appropriées pour créer et présenter leurs oeuvres aux Canadiens, par exemple dans des carrefours comme le Theatre Centre de Toronto.
  • Pendant les consultations sur les infrastructures, la Coalition canadienne des arts avait recommandé le renouvellement du programme d’investissement du Fonds du Canada pour les espaces culturels, dans le cadre de la Phase 2 du plan d’infrastructure du gouvernement du Canada. Nous tenons à ce que le renouvellement du programme soit inclus dans le budget de 2017, et ce afin que les organismes artistiques puissent lancer leurs études de faisabilité.

3. Les consultations sur le contenu canadien dans un monde numérique entre le gouvernement, l’industrie et les artistes sont essentielles
– la Coalition canadienne des arts tient à s’assurer que les artistes sont parties prenantes à la conversation

  • Les artistes et organismes artistiques doivent être consultés constamment. Des artistes canadiens comme la YouTubeuse Lilly Singh, le danseur de ballet Guillaume Côté, la chanteuse Tanya Tagaq, la metteure en scène Deepa Mehta, l’artiste Rober Racine et le compositeur Mychael Danna ont tous en commun d’être des créateurs de contenu numérique.  Mais ces technologies doivent être accessibles à tous, notamment aux artistes ayant un handicap qui se trouvent, toutes proportions gardées, plus défavorisés que les autres par la fracture numérique.
  • L’artiste a-t-il reçu une rémunération équitable ? Les redevances sont au cœur des préoccupations de la Coalition canadienne des arts.

No comments yet.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.